Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
Rss
pour y être
France
05/10/2009 - 15:20

Sarkozy annonce un nouveau plan d'aide aux PME

Nicolas Sarkozy a annoncé un nouveau plan d'aide aux petites et moyennes entreprises françaises, d'un montant de deux milliards d'euros, tout en réitérant sa promesse de ne pas augmenter les impôts.



Sarkozy annonce un nouveau plan d'aide aux PME
Cet argent servira à renforcer les fonds propres des PME et des entreprises intermédiaires, a déclaré le chef de l'Etat devant plus de 2.000 patrons, en ouverture du forum "Agir pour le développement des entreprises" organisé à Paris par leur syndicat, la CGPME.

Il alimentera des dispositifs gérés pour moitié par le Fonds d'investissement stratégique (FSI) et pour moitié par l'établissement de financement public Oseo.

"J'ai demandé à (la ministre de l'Economie) Christine Lagarde que ces produits soient immédiatement disponibles", a précisé le président de la République.

Les PME ont été particulièrement fragilisées par la crise financière et économique internationale, notamment du fait de leurs difficultés à obtenir des crédits auprès des banques.

"La sous-capitalisation des PME françaises les condamne à choisir entre le surplace et le surendettement. C'est un obstacle à la croissance", a souligné le chef de l'Etat.

Les PME françaises pâtissent ainsi d'un important retard de développement par rapport à leurs concurrentes allemandes.

Si la France dispose de grands groupes, qui préfèrent souvent investir et produire à l'étranger, elle n'a que 460 entreprises de taille intermédiaire indépendantes, dont 150 sociétés industrielles, a rappelé Nicolas Sarkozy.

Un premier plan de financement des PME françaises face à la crise avait été mis en place le 2 octobre 2008 et complété par le plan de relance du 4 décembre.

Dans le cadre du nouveau plan annoncé lundi, le FSI abondera à hauteur de 100 millions d'euros un fonds de consolidation des entreprises les plus fragilisées par la crise.

Pour les PME à fort potentiel de croissance, le FSI réservera une ligne d'investissement direct de 300 millions d'euros, qui pourra être complétée, le cas échéant.

Il injectera 300 millions d'euros dans les fonds régionaux de capital risque et consacrera 300 millions au financement de quasi-fonds propres sous forme d'obligations convertibles.

Ces dispositifs sont "immédiatement opérationnels", a précisé Nicolas Sarkozy.

Oseo mobilisera un milliard d'euros sous forme de prêts participatifs - des prêts de longue durée, sans garantie, à remboursement différé, disponibles à partir du 1er novembre.

Nicolas Sarkozy a également annoncé la prolongation de l'exonération de charges patronales dans les entreprises de moins de dix salariés - mesure dont ont bénéficié, selon lui, jusqu'ici, 500.000 embauches.

"Tous les recrutements des entreprises de moins de dix salariés réalisés pendant le premier semestre 2010 seront exonérés de la totalité des charges patronales pendant un an", a précisé le président de la République.

Il a enfin réaffirmé qu'il n'y aurait plus de taxe professionnelle sur les investissements productifs dès 2010. Quant au plafonnement de la taxe professionnelle par rapport à la valeur ajoutée, il sera ramené de 3,5% à 3% l'an prochain.

Il a en revanche répété qu'il n'entendait pas "tomber dans (la) facilité" d'une augmentation des impôts, malgré l'explosion des déficits publics en France.

Selon les prévisions du gouvernement, ces déficits atteindront 8,5% du produit intérieur brut (PIB) fin 2010, soit leur plus haut niveau depuis le début de la Ve République.

"Ce n'est pas l'augmentation des impôts et l'augmentation des charges qui fera revenir la croissance", a souligné Nicolas Sarkozy. "C'est la compétitivité et l'investissement qui feront revenir la croissance."

Il a jugé inacceptable que les collectivités territoriales continuent d'augmenter les impôts locaux et dit que la réforme de l'administration territoriale lancée par le gouvernement permettrait de diviser par deux le nombre d'élus locaux.

Le chef de l'Etat a également réaffirmé qu'il n'entendait pas faire une pause dans les réformes et assuré qu'il ouvrirait bien le dossier hautement sensible de la réforme des retraites en 2010 - "Toutes les solutions seront examinées sans tabou" en "concertation étroite avec les partenaires sociaux", a-t-il dit.


Source: Reuters via Yahoo News

Awa Diakhate








Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League