Sommaire
France
22/06/2009 - 20:22

Sarkozy au Congrès: un discours historique à 500 000 euros

Le président Nicolas Sarkozy a fixé lundi les grandes lignes de la politique de son prochain gouvernement pour permettre à la France de sortir "plus forte" de la crise, lors de la première allocution, contestée, d'un chef de l'Etat devant le Congrès depuis 1873.



Adolphe Thiers
Adolphe Thiers
M. Sarkozy a annoncé le remaniement "mercredi" de l'équipe dirigée par François Fillon, qui sera chargée de "réfléchir aux priorités nationales et à la mise en place d'un emprunt pour les financer".

"Je ne ferai pas la politique de la rigueur parce que la politique de rigueur a toujours échoué. Je n'augmenterai pas les impôts car cela retarderait longtemps la sortie de crise", a dit le président, s'en tenant à la ligne qu'il s'est fixée dès son arrivée à l'Elysée.
Quant au "mauvais déficit", il "doit être ramené à zéro par des réformes courageuses", a-t-il lancé, sans dévoiler ses projets.

Sur le plan de la forme, le discours présidentiel était parcouru d’accents humanistes. Mais Sarkozy n’a livré qu’un catalogue d’excellentes intentions en se gardant de lancer des annonces précises. Il s’est montré social quant à la forme. Mais prudent, voire flou sur le fond. Seule certitude à court terme: le gouvernement sera remanié mercredi.
Il envisge cependant  des concertations tous azimuts. Assisterait-on à  une sorte de «grenellisation» systématique de la vie politique française. Les «Grenelle» — en référence à une rue de Paris où les accords de Mai 68 avaient été signés avec les syndicats — se succèdent.

M. Sarkozy va "jouer la montre pour reporter les décisions douloureuses au lendemain de l'élection présidentielle de 2012", juge pour sa part Didier Migaud, président (PS) de la commission des Finances de l'Assemblée.

Après le discours du chef de l'Etat, les parlementaires PS sont sortis de l'hémicycle sur l'air du "tout ça pour ça": "500.000 euros pour entendre ce que l'on vient d'entendre, je trouve cela très cher payé", a lancé le député PS Jérôme Cahuzac dans le brouhaha de la galerie des Batailles, en ironisant sur le coût présumé du Congrès.

Sources: AFP - JEAN-NOËL CUÉNOD

S. D. / Lematin.ch









Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn