Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
28/04/2009 - 18:54

Sarkozy et Zapatero montrent leur entente

Paris et Madrid "la main dans la main": Nicolas Sarkozy a achevé ce mardi une visite d'Etat de deux jours en Espagne qui a dissipé le malentendu créé par les propos qu'il aurait tenus sur José Luis Zapatero.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Lors de leur 21e sommet bilatéral, la France et l'Espagne ont décidé de renforcer leur coopération en matière de lutte contre l'immigration clandestine et le trafic de drogue.

Après les fastes du protocole royal lundi, Nicolas Sarkozy et Jose Luis Zapatero sont passés aux dossiers concrets mardi en coprésidant le sommet franco-espagnol annuel. Deux déclarations politiques et une dizaine d'accords techniques ont été signés pour concrétiser la relation "sans nuage" entre les deux voisins.

Principal résultat du sommet, une déclaration sur la sécurité intérieure marque la volonté des deux pays de mettre la lutte contre le terrorisme islamiste, l'immigration clandestine et le trafic de drogue au même niveau que le combat contre l'ETA. Paris et Madrid coopèrent depuis longtemps contre le terrorisme basque. Cette coopération a permis d'interpeller trois chefs militaires présumés de l'ETA ces six derniers mois en France.

Dans la déclaration adoptée mardi, Paris et Madrid annoncent la création d'un état-major commun pour combattre le terrorisme islamiste ainsi que deux phénomènes dont l'Espagne est un point d'entrée en Europe, l'immigration clandestine et le trafic de drogue. Ce "comité de planification et de coordination stratégique" réunira tous les six mois les directeurs généraux des forces de sécurité des deux Etats.

Contre la menace islamiste, le texte prévoit une intensification des échanges d'information, notamment "une procédure d'alerte réciproque" concernant l'utilisation d'Internet par les réseaux terroristes. Les deux pays se fourniront par ailleurs des "copies des saisies informatiques effectuées au cours des opérations". Des échanges de personnels seront possibles entre les services de renseignement.

Contre le trafic de stupéfiants, "des unités conjointes antidrogue chargées de l'exploitation des informations" vont être créées. Les deux pays annoncent des opérations conjointes pour lutter contre les "go fast", transports de drogues par voie rapide. La France et l'Espagne veulent aboutir au niveau international à un "droit de poursuite" des Etats par voie maritime.

Contre l'immigration clandestine, les deux pays vont coopérer aux opérations menées par l'agence européenne Frontex. La France et l'Espagne s'engagent en particulier à participer aux vols groupés pour le retour des migrants en situation irrégulière dans leur pays.

Dans une deuxième déclaration signée au sommet, Paris et Madrid s'engagent à préparer ensemble la présidence espagnole de l'Union européenne au premier semestre 2010. "Le président Zapatero peut compter sur notre soutien total et complet", a promis M. Sarkozy.

Autant de textes qui manifestent la solidité de la relation franco-espagnole, que Paris veut mettre au même niveau que l'axe franco-allemand. Lors de leur conférence de presse commune, MM. Sarkozy et Zapatero ont rivalisé de compliments. "Nous apprécions la France, et surtout son président de la République", a dit le chef du gouvernement espagnol.

"J'ai toujours eu plaisir à travailler avec lui. J'apprécie le politique. J'ai confiance en lui", a renchéri M. Sarkozy à propos du socialiste espagnol. "On a toujours travaillé main dans la main. C'est l'intérêt de l'Europe que la France et l'Espagne tirent l'Europe vers davantage de politique, de volontarisme".

Le président français a nié tout malentendu avec l'Espagnol après les propos, rapportés il y a 10 jours par le quotidien "Libération", dans lesquels il semblait douter de son intelligence. "On en a parlé? Non. Cela nous intéresse? Non. On tourne la page? On ne l'avait même pas ouverte", a-t-il évacué, parlant de "petit clapot d'un médiocre débat politicien en France".

Sur le ton de la plaisanterie, M. Sarkozy a juste regretté que José Luis Zapatero n'ait pas fait son jogging avec lui lundi soir avant le dîner d'Etat. "Il allait dans l'autre sens, et pourtant on est d'accord", a-t-il plaisanté.


Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo