Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Afrique et Moyen-Orient
03/07/2009 - 21:03

Sommet de l'UA : compromis sur la création d'une «Autorité» commune

Les chefs d'Etat africains réunis à Syrte, en Libye, sont tombés d'accord ce vendredi pour renforcer les compétences de l'Union africaine, qui sera notamment chargée de coordonner la politique du continent en matière de défense et de diplomatie.



Hôte du sommet, le colonel Mouammar Kadhafi a usé de toute son influence pour faire de l'Union Africaine une institution proche dans ses statuts de l'Union européenne. Après de longues heures de discussions, le document final a été adopté par les participants vers quatre heures du matin (02h00 GMT). Un texte, qui met fin à l'existence de la Commission, rebaptisée «Autorité».

Ils ont passé certes une nuit blanche mais ils ont bien travaillé. Les chefs d'Etat et de gouvernement sont bien arrivés au Centre de conférences de Syrte à minuit. Une petite quinzaine seulement, le Sud-Africain Jacob Zuma, l'Ethiopien Meles Zenaoui, le Tchadien Idriss Deby, le Centrafricain François Bozizé étaient là. Et le Libyen Mouammar Kadhafi bien sûr. En revanche, l'Algérien Abdel Aziz Bouteflika, le Sénégalais Abdoulaye Wade et le Togolais Faure Gnasimbé étaient déjà repartis chez eux.

La Commission africaine est morte, vive l'Autorité. Au bout de quatre heures de discussions, les chefs de délégations ont donc validé cette nouvelle autorité qui sera en fait une commission aux compétences élargies.

Pendant toute la semaine, la Libye a essayé d'imposer dans cette Autorité, la création d'un secrétariat à la Défense et d'un secrétariat aux Affaires étrangères. Pour le Nigéria, l'Afrique du Sud et l'Ethiopie, c'est une atteinte à leur souveraineté donc un casus belli. Finalement, on est arrivé à un compromis.

Dans la nouvelle Autorité, un secrétaire s'occupera entre autre de la défense commune c'est à dire des opérations multinationales comme l'Amissom, la mission de paix africaine en Somalie; un autre aura en charge la politique étrangère du continent c'est à dire, par exemple, la défense des intérêts de l'Afrique dans les négociations internationales sur le commerce ou le climat. Bref, chaque pays reste maître chez lui.

Cette nuit, personne n'a perdu la face. Et ce vendredi à 4 heures du matin, les chefs de délégations ont applaudi l'annonce de l'accord. A la sortie, les chefs d'Etat étaient fatigués mais soulagés.

Source: Rewmi


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise






Partageons sur FacebooK
Petites annonces