Sommaire
Humeurs - Rumeurs
30/05/2015 - 00:00

Touche pas à mes idées reçues

Ce qu'il y a de merveilleux, avec l'humain, c'est que même au XXIème siècle, alors que nous sommes tous plus ou moins connectés et que les sciences et technologies progressent à pas de géant, nous avons la capacité de mettre au point des modèles avec des méthodes que nos lointains ancêtres auraient pu utiliser. C'est ainsi que deux tests récents, l'un pour tester nos prédispositions à une addiction, l'autre pour enrayer nos préjugés, s'effectuent à l'aide de pictogrammes ou de sons.
On notera que ces deux tests représentent une évolution certaine, l'un dans la prévention des addictions, l'autre dans la lutte contre les comportements rédhibitoires (racisme et sexisme).



Touche pas à mes idées reçues
Pour mesurer la sensibilité aux addictions, il s'agit de réussir à ne plus porter son regard vers une image qui symbolise l'addiction. Pour lutter contre les préjugés, il suffirait d'entendre certains sons pendant son sommeil, ceux-ci ayant été préalablement associés à des images positives qui contrecarrent nos idées reçues.
On fait, en quelque sorte, du neuf avec du vieux. D'un autre côté, puisque nos ancêtres auraient pu créer ces tests, pourquoi ne l'ont-ils pas fait ?
Toutefois, le test qui démontre qu'on peut lutter contre les idées reçues des personnes pendant leur sommeil ne serait pas fiable parce que réalisé sur un trop petit échantillon. Si les récits de science-fiction ont imaginé des situations bien plus dramatiques - un homme ou une machine prenant le contrôle mental d'un autre homme ou de toute une population, pour ne parler que de la science-fiction - le fait de modifier le mental d'une personne, même avec son accord, me semble tout aussi rédhibitoire que le mental à corriger. D'autre part, l'étude semble indiquer que l'atténuation de certains préjugés entraînerait le renforcement de ceux qui n'ont pas été modifiés.
Selon Slate.fr, qui cite Pacific Standard, <<les 40 participants ont d'abord passé deux tests qui ont prouvé qu'ils avaient «des préjugés implicites sur la race et le genre». Ils ont ensuite participé à une seconde tâche, ... À chaque fois qu'ils réussissaient, un son était émis, l’un correspondant au manque de préjugé genré et le second à l’absence de stéréotype racial. … Lorsque les chercheurs ont constaté qu'ils étaient en sommeil profond, ils leur ont joué un des deux signaux auditifs –lié soit au stéréotype de genre soit au stéréotype racial. À leur réveil, … les chercheurs ont découvert que «le type de stéréotype implicite lié au son qu'ils avaient entendu pendant le sommeil avait réduit de façon significative, entre avant et après la sieste. À l'inverse, les niveaux des autres stéréotypes étaient restés les mêmes». Une semaine plus tard, les participants ont effectué le test une dernière fois: «Les résultats ont montré que les niveaux du stéréotype associé au son entendu pendant le sommeil étaient restés au même niveau qu'une semaine auparavant. À l'inverse, les niveaux des autres stéréotypes avaient augmenté au cours de la semaine.»>>
Je comprends donc que si je subis ce genre d'examen pour corriger telle idée reçue, il y de fortes chances qu'une autre de mes idées reçues soit renforcée. Si c'est comme ça, non merci : touche pas à mes idées reçues. Un de mes amis se chargera de me faire comprendre que je modifier ma façon de penser, non ? Évidemment, si je n'ai pas d'amis...


Sylvie Delhaye S. D.








Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 20:31 Implant de cartilages du genou

Jeudi 21 Juillet 2016 - 19:29 Dyslexie : mieux la soigner avec la musique






Partageons sur FacebooK
Petites annonces