Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Amériques
15/01/2009 - 14:21

USA / Terrorisme - Torture à Guantanamo : l’aveu

Guatanamo- Pour la première fois, un haut responsable de l’administration Bush reconnaît qu’il y a eu des cas de torture à Guantanamo.



Susan Crawford, qui est chargée de décider si les détenus doivent être traduits devant la justice militaire, a reconnu que le Saoudien Mohamed al-Kahtani avait été torturé. En conséquence, il ne pourra pas être jugé.

Un mois avant le 11 septembre 2001, Mohamed al-Kahtani doit atterrir à Orlando où l’attend Mohamed Atta, le cerveau des attentats du World Trade Center. Mais le jeune Saoudien de 23 ans se voit refuser l’accès au territoire américain. Lui, qui aurait dû être le vingtième pirate de l’air de l’opération terroriste, sera capturé en janvier 2002, en Afghanistan, et transféré à Guantanamo.

Parmi les quelques 250 personnes toujours détenues sur la base américaine, Mohamed al-Kahtani fait partie de ceux que l’administration américaine juge « dangereux ». Pourtant, il ne pourra pas être jugé devant un tribunal militaire. Susan Crawford, qui supervise les tribunaux militaires mis en place pour juger les personnes incarcérées à Guantanamo, a décidé de ne pas transférer son dossier au juge car, selon elle, Mohamed al-Kahtani a été torturé. Ses aveux ne sont donc pas recevables devant la justice.

Pendant 160 jours, Mohamed al-Katahni n’a été en contact qu’avec ses interrogateurs. Il a subi de 18 à 20 heures d’interrogatoire par jour pendant 48 jours, a été privé de sommeil, forcé à porter un soutien-gorge et menacé par un chien. « Debout et nu devant des agents de sexe féminin, il a été soumis à des fouilles corporelles, et a subi des insultes à l’égard de sa mère et sa sœur », précise Susan Crawford.

« Les techniques qui ont été utilisées sont autorisées par la loi, mais elles l'ont été de manière excessivement agressive et répétée », poursuit Susan Crawford, qui est le premier haut responsable de l’administration Bush a reconnaître qu’il y a bien eu au moins un cas de torture à Guantanamo. En conséquence des traitements qu’il a subis, Mohamed al-Kahtani a dû être hospitalisé à deux reprises, présentant une bradycardie (ralentissement du rythme cardiaque pouvant causer la mort). « C’est cet impact sur sa santé qui m’a convaincue de franchir le pas », et de parler de « torture », explique Susan Crawford.

La décision de Susan Crawford de ne pas traduire Mohamed al-Kahtani devant la justice militaire révèle toute la difficulté de la tâche qui attend Barack Obama. Le président élu a promis de fermer Guantanamo, mais son administration va devoir décider de ce qui sera fait des prisonniers qui y sont toujours enfermés. Selon Amnesty International, une cinquantaine de détenus sont libérables immédiatement, parce qu’aucune charge ne peut être retenue contre eux. Mais que faire des autres ?

Dimanche 11 janvier, dans une interview Barack Obama a déclaré qu’il faudrait sans doute plus de temps que les cent jours initialement prévus, pour fermer Guantanamo. « Le problème, c'est que nous avons là des hommes qui ont été détenus sans jamais avoir été traduits devant la justice, a expliqué le président élu. Certains d'entre eux sont très dangereux, et si les preuves retenues contre eux sont viciées, cela n'empêche pas qu'elles soient vraies. Donc, il faut mettre en place un processus qui respecte les principes essentiels du droit, mais qui ne nous conduise pas à relâcher des gens qui veulent nous détruire. C'est un vrai défi », a conclu Barack Obama.

Selon un porte-parole du Pentagone, depuis 2002, 61 ex-détenus de Guantanamo ont commis de nouvelles attaques après avoir été relâchés. Le cas de Mohamed al-Kahtani illustre bien le problème. S’il ne peut être jugé parce que ses aveux ont été obtenus sous la torture, il faudra trouver une alternative. « C'est un homme dangereux, commente Susan Crawford, je n'ai aucun doute quant au fait qu'il aurait été à bord de l'un des avions le 11 septembre s'il avait pu entrer dans le pays. Mais que faire si on ne l'accuse pas et si on ne le traduit pas devant la justice? J'avoue que j'hésiterai à le laisser partir ». Si le problème se pose avec Mohamed al-Kahtani, il se posera pour bien d’autres encore, car la plupart des personnes détenues à Guantanamo disent avoir été torturées.


Source: Rewmi


Awa Diakhate






Awa Diakhate

Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise





Partageons sur FacebooK