Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Régions
20/04/2009 - 19:41

Un mort relance le débat sur la vidéosurveillance

L'agression d'un Italien dans le métro pose de nouveau la question de la multiplication des caméras. MAM en première ligne.



Le débat sur la nécessité d'accélérer la vidéosurveillance en France a été relancé par la mort, mardi soir, du journaliste sportif italien Sergio Vantaggiato, attaqué dimanche par deux hommes dans le métro parisien.

La ministre de l'intérieur Michèle Alliot-Marie a profité de l'émotion soulevée par ce drame pour relancer son appel à multiplier les caméras dans les lieux publics et les réseaux de transport, et dénoncer le « retard » de la France par rapport à la Grande-Bretagne -un Londonien serait en moyenne filmé près de trois cents fois par jour.

Sergio Vantaggiato, en vacances, a été attaqué dimanche soir, vers 21h30, à la station Bir-Hakeim, près de la tour Eiffel. Son sac lui a été volé, et il a chuté dans des circonstances encore imprécises. Il était, jusqu'à mardi, en état de mort cérébrale. Faute de témoignages, il ne sera pas facile de retrouver ses agresseurs : la plupart des stations de métro sont équipées de caméras, mais Bir-Hakeim était, l'une des dernières à ne pas en être pourvue.

Nicolas Sarkozy prône depuis depuis des mois l'augmentation de la vidéosurveillance. Il s'était déclaré, lorsqu'il était encore Place Beauvau, « très impressionné par l'efficacité de la police britannique grâce à ce réseau de caméras ».

Fin juillet, Michèle Alliot-Marie a exposé son projet de triplement du nombre de caméras. Personne ne sait pourtant précisément combien de caméras sont en service sur le territoire : les estimations vont de 300 000 à plus de un million. Ce flou des chiffres témoigne de l'absence de contrôle sur les systèmes de vidéosurveillance, qui se développent pourtant rapidement depuis la loi Pasqua de 1995.

Le triplement programmé du nombre des caméras est au cœur du projet de Loi d'orientation et de programmation de sécurité intérieure (Lopsi). Le gouvernement souhaite que les policiers puissent avoir accès aux images filmées par les caméras de vidéosurveillance privées (entreprises de transport, etc.). Michèle Alliot-Marie a annoncé en juillet des crédits importants pour l'interconnexion des systèmes et l'amélioration des images filmées.


Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo