Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
26/03/2021 - 13:09

Ursula von der Leyen s'en prend au Royaume-Uni pour sa "transparence" et déclare qu'AstraZeneca doit "rattraper son retard"


La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a critiqué le Royaume-Uni pour sa "transparence" en matière d'exportation de vaccins, jetant un nouveau doute sur les espoirs de résolution du conflit qui oppose Londres et Bruxelles sur les vaccins.



La plus haute responsable européenne a déclaré qu'elle n'avait vu aucune preuve de l'exportation de vaccins fabriqués en Grande-Bretagne, alors que des doses fabriquées dans l'UE sont exportées vers le Royaume-Uni.

Ce ton contraste avec une déclaration commune antérieure, selon laquelle la Grande-Bretagne et l'Union européenne espéraient mettre fin aux tensions par une solution "gagnant-gagnant".

S'exprimant à l'issue d'un sommet en ligne des dirigeants européens, Mme Von der Leyen a déclaré qu'AstraZeneca "doit rattraper son retard, doit honorer le contrat qu'elle a passé avec les États membres de l'Union européenne, avant de pouvoir s'engager à nouveau dans l'exportation de vaccins".

Elle a ajouté : "Nous avons des chaînes d'approvisionnement mondiales qui doivent être intactes et il est de la plus haute importance que nous revenions à une attitude d'ouverture."

Interrogée sur le nombre de vaccins exportés par le Royaume-Uni, elle a répondu aux journalistes : "Je n'ai pas connaissance à ce jour des exportations britanniques, peut-être me trompe-je et j'attends leur transparence."

Jusqu'à présent, quelque 31 millions de doses de vaccins ont été administrées au Royaume-Uni à plus de la moitié de la population adulte, alors que plus de 60 millions de vaccins ont été administrés dans les pays de l'UE, qui comptent au total 446 millions d'habitants. En conséquence, l'Union européenne a adopté une politique permettant aux États membres de bloquer les expéditions de vaccins destinés à l'exportation au cas où ces vaccins seraient nécessaires dans l'Union européenne. Des tensions ont persisté entre l'Union européenne et le Royaume-Uni tout au long de leurs campagnes de vaccination respectives. Le Royaume-Uni maintient qu'il a fait un meilleur travail en obtenant rapidement des contrats de vaccins en béton, tandis que l'UE estime que la Grande-Bretagne devrait partager davantage avec le continent. La limitation du commerce des vaccins s'est avérée être un point de friction idéologique en Europe, certains fonctionnaires estimant qu'elle est nécessaire, tandis que d'autres prétendent qu'elle nuit à la réputation de l'Union européenne en tant qu'union de libre-échange.

Cherchant à contrer les accusations de "nationalisme vaccinal", Mme Von der Leyen a présenté des diapositives montrant que 77 millions de doses de vaccin ont été expédiées depuis les usines de l'UE vers plus de 40 pays depuis le début du mois de décembre.

Le premier ministre belge, Alexander de Croo, a déclaré qu'il pensait que le différend "pouvait être résolu", faisant référence à un appel téléphonique avec M. Johnson la semaine dernière.

"Nous pensons que la discussion que nous avons avec le Royaume-Uni peut être résolue sur la base de bons accords", a déclaré M. De Croo lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Le premier ministre néerlandais Mark Rutte s'est fait l'écho de ces propos, se disant "prudemment optimiste".

"Je pense que samedi ou peu après, ils pourraient parvenir à un accord qui serait très utile car nous sommes amis, le Royaume-Uni et le reste de l'Europe, et nous avons besoin les uns des autres", a-t-il déclaré aux journalistes.





Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb