Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Afrique et Moyen-Orient
08/04/2009 - 17:11

Visite impromptue d'Obama en Irak

En visite surprise à Bagdad, Barack Obama a souligné que les dix-huit mois à venir seraient cruciaux pour le rapatriement des troupes de combat américaines et la stabilisation de l'Irak.



"Ces dix-huit prochains mois seront une période critique", a-t-il déclaré devant les soldats de Camp Victory, dans les faubourgs de la capitale, évoquant la date butoir d'août 2010 qu'il a fixée pour le rapatriement des unités de combat.

"Vous jouerez un rôle essentiel pour nous permettre de garantir la stabilité de l'Irak, pour faire en sorte qu'il ne devienne pas un havre pour terroristes afin que nous puissions commencer à ramener nos gars à la maison", a-t-il ajouté.

Le président des Etats-Unis, arrivé à Bagdad en provenance de Turquie, s'était auparavant entretenu avec le général Ray Odierno, commandant du contingent américain en Irak, qui l'a assuré de la poursuite du recul de l'insécurité, malgré les attentats des derniers jours.

La veille de l'arrivée d'Obama, une série d'attentats coordonnés a fait 37 morts à Bagdad. Mardi, une voiture piégée à encore coûté la vie à neuf personnes dans le quartier chiite de Khadimiya, dans le nord-ouest de la capitale.

Le nouveau locataire de la Maison blanche, commandant en chef des armées, s'est donc attaché à rassurer un corps expéditionnaire soucieux de préserver ses acquis en terme de sécurité et qui craint d'être relégué au second plan avec la baisse des effectifs.

De 140.000 hommes à l'heure actuelle, le contingent américain en Irak doit être ramené d'ici août 2010 à entre 35.000 et 50.000 militaires, chargés pour l'essentiel de former l'armée irakienne. Leur départ est prévu fin 2011.

Cette baisse devrait permettre de renforcer le dispositif militaire en Afghanistan, devenu la priorité de Washington. Malgré ce revirement stratégique, c'est bien Bagdad et non Kaboul que le président des Etats-Unis a choisi pour accomplir sa première visite sur un théâtre d'opération militaire.

Outre ses entretiens avec l'état-major américain, Barack Obama devait rencontrer le Premier ministre irakien Nouri al Maliki et le président Djalal Talabani.

Signe de la fragilité de la situation, l'administration a exclu tout déplacement par la route et la météo n'a pas permis aux hélicoptères de décoller. Maliki s'est donc rendu à Camp Victory pour y rencontrer son hôte.

Barack Obama s'est montré plus exigeant que son prédécesseur à l'égard des autorités irakiennes, insistant sur leur responsabilité dans le maintien de l'ordre.

Se félicitant des progrès accomplis, il a cependant estimé que beaucoup restait à faire pour que les responsables politiques parviennent à des solutions "justes et équitables".

"Ils devront surmonter leurs divergences par des moyens constitutionnels et légaux", a ajouté Barack Obama.

Les élections provinciales de janvier se sont déroulées sans incidents majeurs, mais l'approche des échéances nationales prévues cette année ne manquera pas d'exacerber les tensions.


Source: Yahoo News

Awa Diakhate








Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise

Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb


Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn