Sommaire
Afrique et Moyen-Orient
14/07/2009 - 14:57

Yemenia: départ de familles de victimes pour Moroni

Partis pour certains de Paris, pour d'autres de Marseille, plus de 150 proches des victimes et disparus du vol IY626 de Yemenia Airways qui s'est abîmé dans l'océan Indien au large des Comores le 30 juin ont quitté la France lundi à destination de Moroni, à bord d'un appareil de la compagnie charter française Blue Line.



L'avion était affrété par les assureurs de la compagnie yéménite mise en cause par certains passagers qui ont dénoncé des conditions de vol précaires dans ses appareils au départ de Sanaa.

Parti de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle dans la matinée avec une cinquantaine de proches des victimes, l'avion de Blue Line a fait escale à l'aéroport Marseille-Provence. Il a décollé de Marignane avec retard en début d'après-midi pour Moroni, après avoir embarqué 105 membres des familles de victimes de la catastrophe aérienne.

L'embarquement s'est déroulé dans le calme malgré les menaces de boycott du vol brandies par certaines associations comoriennes. Les passagers en costume traditionnel étaient entourés de deux jeunes gens qui récitaient des prières musulmanes.

"Les associations comoriennes et les responsables de la communauté ont décidé de ne pas bloquer le vol et de laisser les familles faire leur deuil", a déclaré Nassurdine Aidari, élu municipal marseillais. "Mais nous maintenons que six jours sur place, ce n'est pas suffisant, la durée du deuil est de 40 jours. Cetaines familles n'ont pas pris ce vol car elles ont été prévenues vendredi et le délai était trop court", a-t-il ajouté.

"Nous acceptons ce vol mais il ne résout rien", a de son côté expliqué Farid Soilihi, président de l'association SOS voyages Comores. "Nous sommes toujours en colère et nous voulons des solutions pérennes pour les liaisons entre la France et les Comores".

Quelques heures plus tôt, à Roissy, il y avait eu des prières. Beaucoup de femmes étaient en larmes. "Je pars avec une boule dans le cœur mais il faut que je fasse le deuil parce que je dis toujours que ma maman est partie", soulignait Madaly Aicha. "Pour moi, elle n'est pas décédée, elle est vraiment partie. Dès que je serai là-bas, je commencerai vraiment le deuil".

"C'était important de voir la famille et voir comment ils sont, parce que depuis l'accident, on n'a pas trouvé les corps", confiait de son côté Ahmed Rashid, frère d'une des victimes.

Le Dr Didier Cremniter, psychologue accompagnant les familles des victimes, a souligné que ce voyage permettrait aux proches des victimes et des disparus de "se rapprocher de leurs familles", d'"être ensemble" et de "permettre de préparer la suite après ce drame".

Un deuxième avion affrété par la compagnie Yemenia Airways devrait partir de France pour Moroni le 20 juillet.

Dans la matinée, le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau avait fait un bref point sur les recherches. "On a trouvé très peu de morceaux de l'avion et malheureusement quasiment pas de corps de victimes", avait-il dit. "Tout repose sur les boîtes noires, on sait où elles sont (...). Si nous pouvons les récupérer, on saura pourquoi cet avion s'est abîmé au large des Comores".

Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé qu'un navire spécialisé de la marine française allait cartographier dans les prochains jours la zone où pourraient se trouver les boîtes noires du vol de la compagnie yéménite, après quoi un robot sous-marin interviendra pour la récupération. "Le bâtiment hydrographique et océanographique de la Marine nationale, le Beautemps-Beaupré, effectuera à partir du 17 juillet (vendredi, NDLR) la cartographie de la zone retenue à partir des premières recherches, où se trouve peut-être également la carlingue de l'avion", a précisé le Quai d'Orsay. Puis "la mise en œuvre d'un robot sous-marin devrait permettre de retrouver les enregistreurs de vol". "Le moyen technique utilisé sera fonction de la profondeur estimée à laquelle se trouvent" les boîtes noires.

L'A310 de la compagnie yéménite qui assurait la liaison Sanaa-Moroni s'est abîmé en mer alors qu'il approchait des Comores. Sur les 153 personnes à bord, dont 66 Français, seule une jeune fille de 12 ans a survécu.


Source: Associated Presse via Yahoo News

Awa Diakhate










Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise

Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn