Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Asie & Extrême Orient
21/02/2021 - 11:28

Des étudiants violés par des gangs, enchaînés et brisés : Dans les "horribles" camps de détention ouïgours de Chine

Une enseignante se souvient d'avoir entendu des cris au-dessus de sa classe, que les gardiens ont admis être des "détenus torturés".
Une femme qui affirme avoir été forcée d'enseigner le mandarin à des classes d'hommes et de femmes "qui pleurent à chaudes larmes" dans les camps de détention ouïgours de Chine a donné un rare aperçu de ce qui se passe derrière leurs portes fermées, verrouillées et gardées.



Qelbinur Sidik, une enseignante, a déclaré avoir été convoquée à une réunion au bureau de l'éducation du district de Saybagh en 2016 et a dit qu'elle travaillerait bientôt avec des "analphabètes". En 2017, elle enseignait régulièrement le madarin à des classes d'élèves "enchaînés" dans deux camps gérés par le gouvernement.

Mme Sidik, une Ouzbek, a grandi dans le Xinjiang et a passé 28 ans à enseigner à des écoliers âgés de six à 13 ans.

Dans une interview accordée à CNN vendredi, Mme Sidik a déclaré que les détenus arrivaient dans les centres "en bonne santé, robustes et pleins d'entrain", mais qu'ils étaient rapidement malades et faibles. Elle se souvient avoir entendu régulièrement des cris venant du haut de sa salle de classe au rez-de-chaussée, cris qu'un policier a confirmé être ceux de détenus torturés. Mme Sidik a également affirmé que, dans l'un des camps où elle travaillait, une femme policier lui a dit qu'elle enquêtait sur des rapports de viols de détenus par des gardiens. Cette même policière, selon Mme Sidik, a déclaré que ses collègues masculins se saoulaient et "se racontaient comment ils violaient et torturaient les filles".

Tursunay Ziyawudun, s'exprimant dans le même rapport de CNN, a déclaré qu'elle n'avait commis aucun crime lorsqu'elle a été saisie en mars 2018 et placée dans un centre juste à l'extérieur de la ville de Ghulja, dans le Xinjiang, où elle est restée pendant neuf mois.

Elle a fourni des détails sur les "multiples viols collectifs" qui ont eu lieu, a-t-elle déclaré : "J'ai entendu une fille pleurer et crier dans une autre pièce. J'ai vu cinq ou six hommes entrer dans la pièce et j'ai pensé qu'ils la torturaient.

"Mais ensuite, j'ai été victime d'un viol collectif. Après cela, j'ai réalisé ce qu'ils lui avaient fait aussi".

Mme Ziyawudun a parlé au diffuseur depuis les États-Unis, après avoir été emmenée d'urgence là-bas pour un traitement médical en 2020. Elle est retournée au Kazahkstan en septembre 2019 sur ordre des autorités chinoises, sans parler de son séjour dans le camp, a-t-elle déclaré. Les médecins lui ont retiré l'utérus, et les dossiers médicaux consultés par CNN montrent qu'on lui a diagnostiqué un abcès pelvien et des saignements vaginaux, ainsi que la tuberculose. Mme Ziyawudun a déclaré qu'elle attribuait la responsabilité de ses opérations à son traitement dans le camp.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest