Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
23/02/2012 - 17:44

Europe: la machine Poutine

Revue de presse Europe du 23 février 2012

Europe: la machine Poutine - Une eurodéputée dénonce les dérives du stockage des données aériennes - La machine Poutine met de l’huile dans ses truquages - L'accord italo-libyen de refoulement condamné à Strasbourg.



Europe: la machine Poutine
 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Une eurodéputée dénonce les dérives du stockage des données aériennes
La députée européenne Sophie in't Veld s'oppose à un accord entre l'Union européenne et les Etats-Unis concernant le transfert des données des passagers aériens. Eurodéputée néerlandaise, Sophie in't Veld appelle le Parlement européen à rejeter un accord, signé il y a peu entre l'Union européenne et les Etats-Unis, concernant le transfert des données des passagers aériens au département de la Sécurité intérieure américain. Récoltées par les compagnies aériennes européennes, les informations concernant les passagers -nom et adresse, mais aussi choix d'un menu halal, par exemple- seront utilisées afin de lutter contre le terrorisme et la criminalité transnationale. Mais elles pourraient aussi être stockées "indéfiniment" sur le territoire américain... Chargée du dossier, l'élue libérale juge "profondément décevant" que l'Union n'ait pas réussi à défendre, malgré des années de négociations, ses critères traditionnels en matière de protection de la vie privée.(l'express.fr) Je considère ce texte comme ayant un caractère profondément fasciste, pour une fois, je soutiens un élu, européen de plus.

La machine Poutine met de l’huile dans ses truquages
Dans son petit deux pièces d’un immeuble typiquement soviétique dont la cage d’escalier malodorante mériterait un coup de peinture, Irina, une bibliothécaire retraitée pour invalidité de 58 ans, referme la porte derrière le passage d’Olga, l’assistante sociale. Cette fois, celle-ci n’est pas venue lui apporter des médicaments, mais lui expliquer qu’on lui donnerait une urne pour voter à domicile lors de la présidentielle du 4 mars, pour laquelle le Premier ministre, Vladimir Poutine, part favori. Irina a dit à Olga, une femme énergique presque aussi âgée qu’elle, que, malgré ses douleurs aux jambes, elle ferait l’effort de se déplacer jusqu’au bureau de vote. Mais Olga lui a fait savoir qu’elle doit déposer son bulletin dans l’urne des malades, sinon elle, pauvre Olga, perdra son emploi. «J’ai cédé. Mais je sais que c’est une technique pour bourrer les urnes», dit Irina.(liberation.fr)La réaction d'Irina témoigne du manque total de confiance envers l'Etat, ce n'est pas une mauvaise idée que d'amener l'urne aux malades qui le désirent, la démocratie est pour le peuple, elle peut donc venir  au peuple pour le servir.

L'accord italo-libyen de refoulement condamné à Strasbourg
La Cour européenne des droits de l'homme a condamné jeudi l'Italie pour avoir procédé en mai 2009 à une expulsion collective d'immigrants vers la Libye et les avoir exposés à des traitements inhumains et dégradants. Cette politique de refoulement automatique découlait d'accords passés trois mois plus tôt entre le gouvernement de Silvio Berlusconi et celui de Mouammar Kadhafi. "Consciente de la pression sur les Etats que représente le flot croissant de migrants", la Cour rappelle que cette situation ne délivre pas pour autant les Etats de leurs responsabilités au regard des droits de l'homme. Or, Rome ne pouvait ignorer, affirme-t-elle, que "migrants irréguliers et demandeurs d'asile étaient systématiquement arrêtés et détenus (en Libye) dans des conditions que les observateurs (dont le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés) ont qualifié d'inhumaines".(fr.reuters.com) Si le HCR dit que certaines conditions de détention sont inhumaines, c'est forcément qu'elles le sont, car le HCR est la plus haute autorité  en la matière, nous pouvons donc lui donner notre confiance, n'est ce pas?

Source: Yahoo actualités

Emmanuel Nouioua




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Octobre 2013 - 18:52 Fête des bergers et des traditions de Provence




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo