Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
16/02/2012 - 17:35

Europe: le grand trou

Europe: le grand trou - L'extrême droite grecque ne soutiendra pas le plan d'austérité - Plusieurs bastions de la révolte syrienne bombardés - L’absurde religion de l’austérité.



Europe: le grand trou
 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
L'extrême droite grecque ne soutiendra pas le plan d'austérité
Le parti grec d'extrême droite LAOS ne s'engagera pas à soutenir les mesures d'austérité réclamées par l'Union européenne et le FMI en échange du déblocage d'une nouvelle aide financière, a déclaré jeudi le chef du groupe parlementaire de cette formation. Un peu plus tôt, une source proche de la coalition au pouvoir en Allemagne avait déclaré à Reuters que les pays de la zone euro voulaient que le LAOS confirme qu'il soutiendrait les mesures d'austérité après les législatives prévues au mois d'avril. Selon les derniers sondages, les conservateurs de la Nouvelle Démocratie (ND) devraient remporter ce scrutin mais sans obtenir de majorité absolue au parlement. "Il n'en est pas question", a déclaré à Reuters le chef du groupe parlementaire LAOS, Alexandros Chrysanthakopoulos, prié de dire si son parti s'engagerait à soutenir les mesures d'austérité. "Cela ne nous concerne pas, nous ne sommes pas au gouvernement", a-t-il ajouté.(fr.rereuters.com) La manœuvre est tout à fait digne d'un parti d'extrême droite, toujours à manigancer quelque chose même lorsque ni le climat social ni le climat politique ne le permettent, surtout sans donner de positions définitives, à mes yeux cela n'est que fourberies.

Plusieurs bastions de la révolte syrienne bombardés
Les forces syriennes ont attaqué jeudi plusieurs bastions de la révolte et bombardé à l'artillerie lourde ceux de Homs et Hama, au lendemain de l'annonce par le régime d'un référendum sur un projet de Constitution rejeté par l'opposition. Les violences qui ont fait 22 morts, surviennent à quelques heures d'un vote à l'Assemblée générale de l'ONU sur un projet de résolution condamnant la répression de la contestation. La Russie, une alliée du régime syrien, a d'emblée fait savoir qu'elle ne soutiendrait pas une «résolution inéquitable». Comme il le fait depuis le début de la révolte le 15 mars 2011, le régime du président Bachar al-Assad a fait suivre les annonces de réformes par une escalade de la répression. Après son annonce d'un référendum le 26 février sur un projet de Constitution, ses forces ont continué de pilonner Homs, assiégée et bombardée depuis le 4 février, ont attaqué Hama à la roquette et ont renforcé leur présence à Deraa, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).(liberation.fr) Pourquoi un leadeur politique voudrait bombarder sa population? Cela ne peut aboutir qu'à la destruction d'un des deux partis, Si c'est la population qui est détruite le président n'à plus personne à diriger et ce serait un génocide. Dans ce cas précis la violence n'engendre que la violence.

L’absurde religion de l’austérité
L’Europe, ça n’existe pas. Face au magasin d’horreurs qu’est le plan d’austérité imposé à la Grèce, face à ces coups de hache donnés aux salaires et à la protection sociale, face à cette régression de tout ce qui est le modèle européen d’économie sociale de marché, il faut revenir à l’évidence et ne pas se tromper de cible. L’Europe n’existe pas en elle-même. Elle n’est pas un pouvoir anonyme et désincarné dont les politiques procéderaient d’une volonté mystérieuse. Dans l’Union, il y une instance de décision qui n’est ni le Parlement dont le rôle demeure marginal ni la Commission dont le poids diminue toujours plus. En Europe, tout ce qui est supranational - communautaire dans le cas de la Commission, paneuropéen pour ce qui est du Parlement - ne compte pour à peu près rien à côté du vrai pouvoir qu’est le Conseil européen. Assemblée des chefs d’Etat et de gouvernement, c’est ce Conseil qui s’est affirmé en exécutif de l’Union, dans une flagrante violation de l’esprit des traités.(liberation.fr) L'Union Européenne n'est donc qu'un tas de chefs de gouvernement qui se passe le pouvoir? Si pouvoir il existe or du PIB.

Source: Yahoo actualités


Référencement Internet et création de sites Web ici

Emmanuel Nouioua




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Octobre 2013 - 18:52 Fête des bergers et des traditions de Provence




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo