Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Asie & Extrême Orient
05/09/2021 - 14:35

La Grande-Bretagne et la France demandent à l'ONU de créer une zone de sécurité autour de l'aéroport de Kaboul

La France et la Grande-Bretagne vont présenter une résolution d'urgence des Nations unies demandant la création d'une zone de sécurité à l'aéroport de Kaboul afin que les personnes puissent continuer à quitter l'Afghanistan par avion, a déclaré Emmanuel Macron.



Les commentaires du président français interviennent après que l'opération d'évacuation par pont aérien britannique a pris fin ce week-end, laissant au moins 1 000 Afghans susceptibles de venir en Grande-Bretagne bloqués à Kaboul et dans le pays environnant.

Lord Dubs, ancien enfant réfugié, a qualifié aujourd'hui les plans visant à faire voyager les candidats à l'évacuation par voie terrestre vers les pays voisins pour qu'ils y soient traités de "demi-cuits", tandis que l'ancien chef de l'armée, le général Lord Dannatt, a accusé les ministres de "dormir sur leurs gardes".

Mais selon le nouveau plan qui sera présenté au Conseil de sécurité des Nations unies, de concert avec la France, les personnes évacuées pourront toujours partir par voie aérienne, à condition que les Talibans coopèrent.

Le Foreign Office a publié une déclaration commune avec des dizaines de ministères des affaires étrangères d'autres pays, affirmant avoir "reçu l'assurance des Talibans que tous les ressortissants étrangers et tous les citoyens afghans ayant une autorisation de voyage de nos pays seront autorisés à se rendre en toute sécurité et de manière ordonnée aux points de départ et de sortie du pays".

Les pays, parmi lesquels figurent les États-Unis, la Grande-Bretagne et la plupart des États européens, se disent "déterminés à faire en sorte que nos citoyens, nos ressortissants et nos résidents, nos employés, les Afghans qui ont travaillé avec nous et ceux qui sont en danger puissent continuer à voyager librement vers des destinations hors d'Afghanistan".

Ils ajoutent : "Nous continuerons à délivrer des documents de voyage aux Afghans désignés, et nous attendons clairement des talibans qu'ils s'engagent à pouvoir se rendre dans nos pays respectifs. Nous prenons note des déclarations publiques des talibans qui confirment cet accord."

Dominic Raab, le ministre des affaires étrangères, qui a été largement critiqué pour avoir été en vacances au début de la crise, doit entre-temps tenir des réunions diplomatiques dans les prochains jours sur la manière de traiter avec les talibans.

On s'attend à ce qu'il se fasse l'écho de l'appel lancé par le Premier ministre au cours du week-end, selon lequel la réponse internationale sera basée sur les actions du gouvernement afghan de facto plutôt que sur les mots - avec des assurances demandées sur l'éducation des femmes et des filles, un passage sûr pour les réfugiés et un rejet des groupes terroristes internationaux.

Mais c'est la question de savoir comment aider ceux qui ont manqué le dernier vol de la RAF qui sera probablement la priorité la plus urgente. Dimanche, le ministère des affaires étrangères a confirmé que la proposition des Nations unies présentée par M. Macron était en cours d'examen.

L'ambassadeur du Royaume-Uni auprès des Nations unies devrait évoquer la proposition de zone de sécurité avec ses homologues des quatre autres pays membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, à savoir la Chine, la France, la Russie et les États-Unis. Selon des sources diplomatiques, cette réunion devrait avoir lieu tard dans la soirée de lundi à New York.

À Westminster, Lisa Nandy, secrétaire d'État aux affaires étrangères du Parti travailliste, a écrit à M. Raab, secrétaire d'État aux affaires étrangères, pour lui demander d'expliquer comment les députés travaillistes ont reçu dans leur boîte de réception 5 000 dossiers d'Afghans susceptibles d'être admis en Grande-Bretagne, alors que des rapports indiquent que le FCO a ignoré les courriels de ceux qui tentaient de s'échapper.

Elle a averti que le gouvernement travaillait avec une "sérieuse sous-estimation" lorsqu'il a suggéré que seulement 1.000 personnes supplémentaires étaient éligibles pour venir.

Elle a déclaré : "Mon bureau suit actuellement les dossiers relatifs à 5 000 personnes rien que pour les députés travaillistes, y compris des ressortissants britanniques, des personnalités publiques de premier plan, des personnes gravement handicapées et des enfants séparés de leur famille, ce qui peut donner une idée de la complexité de l'évacuation."

Lundi matin, le ministre du Foreign Office James Cleverly a reconnu pour la première fois que des courriels d'Afghans désireux de quitter le pays n'avaient peut-être pas été lus par les fonctionnaires.

Interrogé pour savoir s'il avait des courriels non lus dans sa propre boîte de réception, M. Clevely a déclaré à la BBC lundi : "Je pense que c'est le cas de tout le monde".

Il a déclaré que le gouvernement avait reçu "un nombre énorme de courriels directement d'Afghanistan et de tiers" après avoir annoncé qu'il aiderait les personnes risquant des représailles de la part des Talibans.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest