Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
03/02/2021 - 15:41

Twitter a limité l'accès à un tweet du ministre turc après qu'il ait qualifié des protestataires de "pervers LGBT"


Le Ministre de l'intérieur, Suleyman Soylu a fait cette remarque à propos des jeunes qui manifestent contre la nomination d'un loyaliste du gouvernement au poste de recteur de la prestigieuse université Bogazici d'Istanbul.



Selon les opposants, le professeur Melih Bulu a été nommé à la tête de l'université dans le cadre des tentatives croissantes du président Recep Tayyip Erdoğan d'exercer un contrôle sur l'enseignement supérieur dans le pays.

Après l'arrestation lundi dernier de 159 manifestants accusés d'incitation à la haine et d'insulte aux valeurs religieuses, M. Soylu s'est adressé aux médias sociaux pour dire que le gouvernement ne tolérerait pas "les pervers LGBT qui ont tenté d'occuper le bureau du recteur". Le géant des médias sociaux a déclaré qu'il avait décidé d'autoriser le maintien du tweet, bien qu'à contre coeur, au motif qu'il était dans l'intérêt du public d'avoir accès à un message de l'élu politique.

Tout cela fait suite à des mois de protestations contre la nomination du professeur Bulu à l'un des postes académiques les plus prestigieux de Turquie, les universitaires élisant traditionnellement le puissant recteur dans leurs propres rangs. Mais en nommant son propre recteur, M. Erdogan cherche, selon les manifestants, à étendre encore son contrôle sur la vie sociale et culturelle du pays. Le nouveau point d'ignition a été déclenché vendredi lorsque les manifestants ont accroché en face du bureau du nouveau recteur une œuvre d'art représentant la Kaaba - l'un des sites les plus sacrés de l'Islam - drapée d'un drapeau arc-en-ciel.

La police a réagi en arrêtant des dizaines de manifestants devant l'université et dans la capitale Ankara, tandis que M. Erdoğan lui-même a qualifié ses opposants étudiants de "jeunes LGBT" lors d'un discours de rejet lundi. "Nous porterons nos jeunes vers l'avenir, non pas comme les jeunes LGBT, mais comme les jeunes qui ont existé dans le passé glorieux de notre nation", a-t-il déclaré dans un message vidéo diffusé aux membres de son parti AK.

L'homosexualité est légale en Turquie, mais les droits ont été érodés sous le gouvernement ultra-conservateur actuel du pays.

Dans un discours prononcé en juillet dernier, M. Erdogan a accusé les militants LGBT du pays de saper "nos valeurs nationales et spirituelles" et d'"empoisonner" les jeunes.

Lu 150 fois




Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb